Gainax.fr
Toppage du mois
NadiaNadia - The Secret of Blue Water
Illustration : Kazuya KURODA (黒田和也)

Recherches

 


Sites Communautaires




Interview exclusive de Takami Akai (Oct 2016)


Auteur : Otaking | Date : 14/03/2016

C’est à l’occasion de notre troisième séjour au pays du soleil levant que nous eut l’occasion de de rencontrer Takami AKAI (赤井孝美).Nous avons dû traverser tout une partie du pays pour se rendre au siège de sa société, Yonago Gainax, qui fut fondé en mai 2014, et où nous avons été accueillis chaleureusement. Très occupé par ses nouvelles fonctions et par l’approche du Festival Yonago, il nous a accordé un peu de son temps pour répondre à nos questions avant de nous faire participer à la sélection de courts-métrages pour un concours qu’il organise chaque année.

Que pouvez-vous nous dire au sujet de Yonago Gainax (米子ガイナックス) et de Gainax Siater (ガイナックスシアター) ?

Je suis originaire de la ville de Yonago dans la préfecture de Tottori. C’est en 1985 que j’ai commencé à travailler à Tōkyō. En 2008, le milieu privé m'a contacté pour essayer de contribuer à l'activité locale de ma ville natale en utilisant l'animation. À l'époque, je sentais pointer mes limites dans mon travail à Tōkyō, et j'ai donc engagé cette activité expérimentale sur Yonago.

En 2014, les temps étaient durs pour Gainax et nous ne pouvions plus maintenir l'activité à Yonago. C'est pour cela que nous sommes repartis de zéro, en indépendant, avec Yonago Gainax. (...) Peu avant, en 2013, nous  avons monté le projet de centre multiculturel Gainax Siater pour une inauguration en janvier de l’année suivante. Comme vous avez pu le constater (Ndlr nous nous trouvions en ce lieu lors de l’entrevue), cette structure se situe au troisième étage d’un centre commercial AEON, mais ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’il s’agit d’un ancien cinéma. Avec un tel espace, nous pouvons accueillir divers évènements et proposer des projections et autres talk-shows. Nous avons également proposé au public une exposition dédiée à Aoi Honō (アオイホノオ), le manga de mon vieil ami Kazuhiko SHIMAMOTO (島本 和彦). (...) L'état financier n'est toujours pas au beau fixe. Toutefois, on retrouve la même vivacité qu'il y a trente ans à la veille de la création de Gainax. C'est un chemin difficile mais j'ai la sensation d'être dans le droit chemin et mon objectif est de réaliser quelque chose d'important d'ici deux ans à Yonago.

Fin septembre 2015, vous annonciez la mise en production du tout premier anime de Yonago Gainax. Parlez-nous de ce projet.

Kodomo Keiji Memetan (こども刑事めめたん) est en fait un manga (format yonkoma) d’Ippo MORIYAMA (森山一保) qui est lui aussi originaire de Yonago. Prépublié sur internet avant de connaitre une édition au format relié chez Kadokawa Shoten (角川書店), l’unique tome sorti en 2013 servira de base à l’anime.

Vous avez donc créé un département animation au sein de Yonago Gainax ?

Non, ce projet est une exception. Nous n’avons pas vocation à devenir un doublon du studio Gainax. Kodomo Keiji Memetan est un projet qui se veut 100% local. En tant que responsable, j’ai recruté autour de moi  des gens souhaitant participer d’une manière ou d’une autre à cet anime. Il y aura notamment la participation de Chelip, un duo d’idoles locales, et même la préfecture de Tottori a joué le jeu. Au final, ce seront huit épisodes de cinq minutes que trois des chaînes de télévision locales diffuseront dès le 7 novembre prochain.

Avez-vous des informations à nous communiquer au sujet du site E-commerce de General Products (ゼネラルプロダクツ) et de sa boutique General Products Alpha (ゼネプロアルファー) ?

Concernant le site de vente en ligne General Products, il y a clairement une insuffisance. Le développement de produits, de publicité, de service, tout est loin de l'idéal. La principale cause est un manque de main d'œuvre. Nous y remédierons au printemps 2016.

Ouverte au public depuis octobre 2012, la boutique General Products Alpha a été mise en pause quelque temps avant de reprendre ses activités en avril 2015. À présent, la boutique n'ouvre que les week-ends et les jours fériés entre 12 et 20 heures. Vous l’aurez compris, elle ne sera pas ouverte aujourd’hui et j’en suis vraiment navré d’autant plus que le personnel est mobilisé ici, à Gainax Siater, pour les préparatifs du festival.

À l’aube de la cinquième édition du festival Yogano Eiga Jihen (米子映画事変) pouvez-vous établir un bilan ? Quels en sont les résultats auprès de la ville et de votre société ?

Depuis l'an dernier, le fil conducteur de cet évènement est la rencontre et la communication. Nous avons augmenté le nombre d'invités, de personnel, de participants et d'œuvres proposées. Et c'est une réussite car tout le monde était souriant et on nous disait « je veux revenir à Yonago l'année prochaine ». Par contre, je suis triste de ne pas avoir le talent économique pour relier cette réussite culturelle à une réussite financière. (rires)

Que devient le projet Negiman ?

Pour l’instant, il est l’ambassadeur de notre festival. Ses aventures en vidéos sont à présent terminées et disponibles à la vente en DVD dans notre boutique ainsi que chez Daraz Create Box. Mais Negiman fait également de la prévention routière dans des spots vidéos et de la promotion pour des produits locaux – comme des préparations instantanées de nouilles aux poireaux. Il s’est même déplacé jusqu’en France lors du dernier Japan Expo à Paris.

Takami Akai, le créateur de Negiman

Parlez-nous un peu de Three Minutes Movie Show (3分映画宴), ce concours de courts-métrages, que vous organisez.

C’est la cinquième année consécutive que nous organisons cet évènement. Le concept est très simple. Les participants issus ou non de la région doivent fournir un court-métrage d’une durée de trois minutes sans aucunes autres consignes. Animation traditionnelle ou 3D, films en prises de vues réélles... nous voulons laisser libre cours à la créativité et à l’expression. Cette année, le jury, composé de M. Yūichi FUKUDA (福田雄一 – Ndlr réalisateur de HK Hentai Kamen et Aoi Honō), M. Kiyotaka TAGUCHI (田口清隆 – Ndlr réalisateur de The Next Generation Patlabor et Ultraman X ) et moi-même, devra départager les candidats parmi les 72 œuvres que nous avons reçus. Si vous le souhaitez, je vous invite à participer à cette sélection qui aura lieu juste après.

Three minutes movie show

Le studio Gainax a-t-il encore un département dédié à la création de jeux vidéo ?

Non, Gainax n'a plus de section jeux vidéo actuellement. Néanmoins, à Yonago Gainax, nous sommes en train de tenter le développement de jeux vidéo. Le tout premier que nous avons édité en juillet 2015 s’intitule Rāmen no Megami (ラーメンの女神 - Lire notre news).

Merci pour votre accueil !

Merci à vous d'avoir pris le temps de venir d'aussi loin.

Source : Gainax.fr
Infos : Interview réalisée le 5 octobre 2010 au sein du complexe Gainax Siater.

Reviews
Retour en haut